Centrale hydroélectrique de Ruzizi III: sixième séance de négociation avec l'Investisseur/Développeur

Écrit par Super User. Publié dans Evènements

Depuis ce mardi 16 septembre 2014, il se tient à Bujumbura (City Hill Hotel), la sixième réunion de négociation entre les pays membres de la CEPGL et l’Investisseur/Développeur du projet hydroélectrique de RUZIZI III, le consortium SITHE GLOBAL (USA)/IPS (Kenya).
 
Durant trois jours, l’EGL, les Négociateurs des trois Etats membres de la GEPGL et l’Investisseur/Développeur discuteront des principaux points restés en suspens lors des négociations précédentes sur les principaux termes et conditions des Accords du Projet Ruzizi III.
 
Certains de ces points sont liés aux aspects techniques, d’autres à la structure de financement du projet.
 
Le projet est monté en Partenariat Public-Privé (PPP) pour permettre la participation des partenaires privés dans le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance de la centrale Ruzizi III pour une période de concession de 25 ans.
 
Ce schéma est soutenu par les Partenaires au développement à savoir l’Agence Française au Développement (AFD), la Banque Africaine pour le Développement (BAD), la Banque Européenne pour l’Investissement (BEI), la Banque Allemande pour le Développement (KfW), la Banque Mondiale (BM), la Banque Sud-Africaine pour le développement (DBSA) et l’Union Européenne (UE) qui accompagnent le projet depuis le début de ses études jusqu’à ce jour et qui ont accepté d’accorder aux trois pays membres de la CEPGL des prêts concessionnels et des subsides pour sa réalisation.
 
Les accords concernés par ce projet sont :
•    l’accord de mise en œuvre ;
•    l’accord relatif aux conditions générales communes pour l’achat d’électricité ;
•    l’accord d’achat d’électricité ;
•    le pacte des actionnaires ; et
•    la convention de mandat.
 
La négociation se poursuivra entre l’EGL et l’Investisseur/développeur et la signature des accords complets de projet aura lieu dans les six prochains mois après la signature des principaux termes et conditions des accords de projet.
 
La durée des travaux de construction de la centrale s'étend de quatre à cinq ans.
 
La mise en service de cette centrale viendra répondre aux besoins énergétiques auxquels fait face actuellement la Région des Grands Lacs en réduisant la demande non servie et en augmentant le taux d’accès à l’énergie électrique.

Nous avons 8 invités et aucun membre en ligne